© MIKESHAKE® 2017-2019  I   CONTACT  I   MENTIONS LEGALES  

  • Facebook - Mikeshake
  • Instagram - Mikeshake
  • Twitter - Mikeshake

MONO NO AWARE, CONCEPT ESTHÉTIQUE ET SPIRITUEL JAPONAIS

 

"Mono No Aware" est une série réalisée par la photographe sud-africaine Gabriella Achadinha & l'artiste Marlize Eckard au sud du Japon et au centre de Séoul. "Alors qu'en Occident, le principe de l'éternité et de la durabilité baigne dans notre quotidien. Il en est tout autre dans la pensée orientale où le contraste entre l'éternité et l'éphémère est beaucoup plus important. Les textes chinois notamment ne sont pas en reste pour vanter la non-durabilité des choses, mais plutôt leurs changements. Au Japon, l'expression "Mono no aware", qui signifie "le pathos des choses", représente un concept esthétique et spirituel japonais qui régit leur société de bien nombreuses façons. L'un des principaux composants de ce concept relève de ce qui est appelé en japonais : << l'Ukiyo >>, c'est-à-dire le monde flottant. Originaire de la tradition bouddhiste qui vise à enseigner l'évanescence et le changement permanent des plaisirs terrestres. Le terme flottant peut être difficile à comprendre, en d'autres mots, nous pourrions dire que rien n'est fondamental et que le monde est perpétuellement en train d'évoluer. Il faudrait plusieurs paragraphes pour analyser et expliquer plus profondément cette notion, sous la nouvelle forme d'un article culturel. Ce texte se limitera à l'évocation des estampes << Ukiyo-e >>, qui signifie littéralement << image du monde flottant >>. Une capture des plaisirs terrestres et de la beauté multiple d'existences temporaires ou incertaines. Il est vrai que le Japon est continuellement sous la menace de catastrophes naturelles, annonciatrices de chaos et destructrices de l'éphémère matérialité. Cela nous amène à une certaine utopie des japonais à l'immatérialité de leur monde. (japan-activator.com)"

 

English version at the bottom

Plus d'infos : Gabriella Achadinha & Marlize Eckard

 

 

 

English version

 

MONO NO AWARE, AESTHETIC AND SPIRITUAL CONCEPT JAPANESE

"Mono No Aware" is a series by South African photographer Gabriella Achadinha & artist Marlize Eckard in southern Japan and central Seoul. "While in the West, the principle of eternity and sustainability permeates our daily lives, it is quite different in Eastern thought where the contrast between eternity and the ephemeral is much more important. In Japan, the expression "Mono no aware", which means "the pathos of things", represents a Japanese aesthetic and spiritual concept that governs the unsustainability of things, but rather their changes. in one of the main components of this concept is what is called in Japanese: "the Ukiyo", the floating world, originating from the Buddhist tradition of aims to teach the evanescence and permanent change of earthly pleasures The term floating can be difficult to understand, in other words, we could say that nothing is fundamental and that the world is constantly evolving. It would be better several paragraphs to analyze and explain this concept more deeply, in the new form of a cultural article. This text will be limited to the evocation of the prints "Ukiyo-e", which literally means "image of the floating world". A capture of earthly pleasures and the multiple beauty of temporary or uncertain lives. It is true that Japan is continually under the threat of natural disasters, heralding chaos and destroying ephemeral materiality. This brings us to a certain utopia of the Japanese to the immateriality of their world. (Japan-activator.com) "

 

 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Aidez les artistes et les photographes à exposer davantage leur travail. Partagez cet article avec vos amis

Help artists and photographers get more exposure for their work.

Share this with your friends

Vous les avez tous vus. Les zombies, les morts-vivants, les formes pâles et fantomatiques dépourvues de tout ce qui ressemble à une vie à sang chaud. Vous les avez vus traînant le long du trottoir avec des marches inégales et blottis sous des abribus...

Illustrateur basé à San Diego en Californie, Astor Alexander utilise la référence cinématographique du film noir qu'il joint aux princesses Disney dans une collection particulièrement réussie appelée "Princesses Noir".

Diplômé d'un BTS Design Graphique et d'un Bachelor Motion Design à l'ESMA de Toulouse, Yoan de La Fontaine a pu y apprendre la maitrise des logiciels In Design, Illustrator, Photoshop, After Effects et Premiere Pro. et le dessin sur papie...

Georges Rousse, artiste et photographe français, transforme des bâtiments déserts en illusions d'optique incroyables. Il arrange des matériaux et des peintures qui se fondent dans l'architecture, puis documente et présente le travail à traver...

Pernod Ricard, qui expose sa campagne artistique annuelle à Paris Photo, l’évènement de référence de la photographie qui se tient dans le prestigieux cadre du Grand Palais, s'est offert le talent de la photographe canadienne Kourtney Roy. La seul...

Le photographe français Christophe Jacrot est un maître absolu dans la photographie sous la pluie, capturant la belle mélancolie des journées pluvieuses dans les villes du monde entier.

D'origine franco-anglaise, Rudyard Heaton partage son enfance entre la France et l'Angleterre, se formant à la pratique et à la connaissance des arts de chaque côté de la Manche. À cette double appartenance socioculturelle s'ajoute une an...

Pensez aux portraits classiques et vous obtiendrez probablement une vision de l’élégance, de l’aristocratie et de l’autorité représentée dans des peintures à l’huile très éclairées? A côté de l'engouement pour les hipsters d'aujourd'hui, il ne semble...

Les œuvres artistiques d'Hubert Blanz portent principalement sur les infrastructures urbaines, les réseaux spatiaux et les réseaux géographiques et virtuels. Au sein de ce débat, les mégalopoles sont devenues un thème central, leur développement...

« Mon inspiration peut venir d’une ambiance, d’une lumière, d’un personnage ou bien d’un lieu », révèle Loic Le Quéré, @lekoil_photo. Graphiste retoucheur, photographe à ses heures perdues, il offre un nouveau regard sur la ville-lumière qui est cell...

"J’ai débuté ma carrière créative très tôt. J’ai eu ma première exposition à Budapest, à l’âge de 16 ans. En tant qu’étudiant privé, j’ai obtenu mon diplôme de lycée, puis j’ai postulé à l’Académie des beaux-arts de Vienne, où j’ai été admis au...

Le jeune graphiste britannique Guy Catling crée des collages combinant des photographies vintage en noir et blanc, représentant souvent des images de guerre, avec des détails à motifs lumineux. Employant un style expérimental qui remet en question l’...

Please reload