MIKESHAKE® a été créé dans un esprit de reconnaissance pour les artistes émergents et une nouvelle génération de créatifs travaillant sur des supports numériques et physiques. Depuis notre création, la plate-forme a gagné un large public et s'est épanouie sous la cause commune de l'autonomisation de l'artiste et de la défense de la liberté d'expression. Avec le temps, notre magazine en ligne a élargi son contenu pour vous offrir une lecture originale et décalée de notre monde contemporain tout en proposant LE STORE, une boutique d'art et de cadeaux diffusant exclusivement ART FRAME DESIGN et MIKESHAKE® Creative Studio. Nous espérons que vous vous joindrez à nous dans notre exploration du phénomène toujours inspirant que procurent les arts visuels.

OUTSIDE

THE FRAME

(Icons in the street)

STEFANIE SCHNEIDER: LA RENAISSANCE DU POLAROID



🇫🇷 En 2008, lorsque Kodak a sonné le glas, l'artiste allemande Stefanie Schneider a commencé à thésauriser son film instantané. L'entreprise ne s'est pas adaptée à l'ère numérique et a déjà déclaré faillite. En 2004, l'équipe de Kodak a estimé que la société disposait de suffisamment de matières premières pour poursuivre la production de films pendant une autre décennie, mais ils avaient mal calculé. La dernière usine restante aux Pays-Bas devait être fermée. Schneider apprécie depuis longtemps la chimie fragile des Polaroids, inventée par le regretté physicien Edwin Land en 1948. En fait, c'est la décadence du médium qui l'intéresse exclusivement: une fois passé sa date d'expiration, le film capricieux révèle sa beauté intérieure à travers des couleurs sauvages qui se détériorent. Elle a commencé à tourner avec un film expiré en 1996 et a tourné plus de 25 000 feuilles à ce jour. Perdre Polaroid signifierait un bouleversement majeur de sa pratique. Lorsque Schneider a commencé à amasser le film, elle ne savait pas qu'elle jouerait un rôle essentiel dans sa renaissance. / Artsy



🇬🇧 In 2008, when Kodak rang its death knell, German artist Stefanie Schneider began hoarding its instant film. The company had failed to adapt to the digital era and had already declared bankruptcy. In 2004, Kodak’s team estimated that the company had enough raw materials to continue film production for another decade, but they had miscalculated. The last remaining factory in the Netherlands was to be shut down. Schneider has long appreciated the fragile chemistry of Polaroids, invented by the late physicist Edwin Land in 1948. In fact, it’s the medium’s decay that exclusively interests her: Once past its expiration date, the capricious film reveals its inner beauty through wild colors and deteriorating edges. She began shooting with expired film in 1996 and has shot over 25,000 sheets to date. Losing Polaroid would mean a major upheaval of her practice. When Schneider began amassing the film, she didn’t know that she would play an integral role in its revival. / Artsy


© Stefanie Schneider

SUIVEZ-NOUS

  • Instagram
  • Facebook
  • Twitter

ART
FRAME

DESIGN

Abonnez-vous gratuitement dès maintenant et recevez ce portrait "Mona Lisa, Edition DeLuxe 2020" dans votre boite mail en haute résolution

ABONNEZ-VOUS À

MIKESHAKE®

Beauties

of

Abandoned Places

MIKESHAKE®

Creative Studio