Capture d’écran 2021-03-31 à 09.43.43.pn

PIET MONDRIAN: COMPOSITION EN ROUGE, JAUNE, BLEU ET NOIR (1921), COURTE ANALYSE




Le peintre Piet Mondrian, né aux Pays-Bas, a créé un style de peinture abstrait et géométrique, qu’il a baptisé le néoplasticisme en 1920. Son activité artistique a surtout pris son essor à Paris entre 1919 et 1938 et s’inscrit dans le cadre plus large de la révolution plastique de l’abstraction, apparue en Europe en 1912 et s’attachant à révéler l’image d’un monde sans objet.

L’espace de la toile est segmenté par les verticales et les horizontales noires sur fond blanc pour produire un effet de stabilité et d’équilibre. Mondrian écrit à leur propos : "La luminosité du ciel prononce la verticale, l’horizon masqué prononce l’horizontale." Il bannit les lignes diagonales, car elles génèrent le mouvement et l’instabilité : "La position oblique est exclue, […] le grand repos serait rompu", dit-il. Chaque élément qui compose le tableau est déterminé par son contraire pour exprimer ce repos : les couleurs sont opposées aux non-couleurs ; le noir contraste avec le blanc ; les lignes verticales croisent les horizontales ; la ligne noire est opposée au plan coloré, et la petite dimension à la grande. Chaque œuvre est un monde stabilisé, mais les variations sont infinies.

Mondrian a décrit le plaisir que lui procure la couleur : "La couleur en elle-même comporte déjà une grande jouissance pour moi. Un jaune tout seul, un simple bleu, déploient pour moi tout un monde de beauté. […] C’est entendu, la couleur en tant que telle vivifie tout, et il est possible, par la pure vision de la couleur, d’être porté à la plus grande élévation, oui, à la contemplation de l’Universel." Cet enthousiasme ne semble pourtant pas s’exprimer directement dans Composition en rouge, jaune, bleu et noir, dont l’aspect reste abstrait et austère, et donna naissance au mouvement De Stijl. L’attrait de l’artiste pour la couleur est à rapprocher du symbolisme et de la théosophie, qui ont façonné sa pensée et sa spiritualité lorsqu’il était jeune homme. Si dans le tableau le vert est absent, c’est que cette couleur exprime pour lui le chaos dans la nature. En revanche, le bleu y évoque le ciel immatériel, et le rouge la terre. Cette utilisation intuitive de la couleur fait appel à une connaissance commune, compréhensible de tous dans le monde occidental, qui renforce la portée de l’œuvre du peintre.



© Mikeshake

Le Store.jpg
Beauties%2520of%2520Abandoned%2520Places